Catégories
Rechercher un article

Le Plan Maroc Vert : Un

A l’échéance 2020, le PMV a des missions et des objectifs quasiment accomplis. Des résultats très positifs sur tous les niveaux.

Pour soutenir cette stratégie, le Groupe Crédit Agricole du Maroc, a ajusté ses produits destinés aux financements, ainsi que tout son organisme afin de répondre aux exigences des projets de cette stratégie. Un budget de 45 milliards de DH a été accordé à l’agriculture, l’agro-industrie et les activités économiques en milieu rural. Tous les canaux de production du royaume ont été concernés.

Pratiquement, l’encadrement du groupe bancaire, aux côtés de bailleurs de fonds nationaux et étrangers, est bien apparent. Pour le Pilier I, 869 projets soit 96.5% de l’objectif fixé ont été mis en place. Concernant le Pilier II, 616 projets ont été réalisés.  Ces projets sont distribués dans l’ordre de 17% pour la région de région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, 14% pour la région de Fès-Meknès. Et de 12% pour la région Marrakech-Safi et 11% pour la région de l’Oriental.

Aussi, environ 8 500 agriculteurs ont bénéficié des projets destinés à conserver les sols et la biodiversité dans les zones marginales. Comme les zones de Rhamna, Essaouira, El Haouz, Agadir et Tiznit.

Les produits du terroir, comme l’Argan, le Safran, les Dattes, l’Huile d’Olives, le Miel, etc. sont aussi concernés par ce grand projet. A travers la création de 8 boutiques qui représentent 60 coopératives, constituées de 2600 agriculteurs. D’autres boutiques sont en phase de création, mélangeants des anciens et des nouveaux produits de terroir comme le Figue de barbarie et les épices.

Les réalisations citées prouvent que le Projet Maroc Vert a réussi et a donné ces fruits. Mais ce n’est pas seulement le financement qui a permis à ce grand projet de réussir, c’est grâce à d’autres moyens d’accompagnement, comme la formation, la recherche, la sensibilisation et le conseil.

Pour faire le suivi de cette stratégie, plusieurs organismes ont été créés. Comme par exemple le l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA).

Source la vieeco.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *