Catégories
Rechercher un article

La filière du maraîchère enrichis l’agriculture

La filière maraîchère autant qu’une filière de production agricole, contribue à l’enrichissement de l’agriculture marocaine. Durant la campagne agricole de l’année 2018, le secteur a généré à l’export une valeur de 8,7 milliards de dirhams.

Selon le ministère de l’agriculture, la filière produit 1,7 millions de tonnes, avec 750 000 tonnes réservées à l’export d’une valeur totale de 3,5 milliards de dirhams par an.

Le maraîchage des primeurs contribue  à la création de 20 millions de journée de travail annuellement.

Le Contrat Programme pour la filière des fruits et légumes s’articule autour de deux conventions :

  1. La première portant sur l’appui à la mise à niveau de la profession maraîchère de primeurs
  2. La deuxième sur le renforcement de la recherche appliquée de l’encadrement technique des producteurs dans le domaine des cultures maraîchères

La filière maraîchage est organisée sous trois sous filières : saison, primeurs et l’agro-industrie. 90% de la production globale est écoulée sur le marché national, contre 55% pour le secteur des primeurs, selon le ministère de tutelle.

A titre d’exemple, pour les tomates, le Maroc a exporté 5,65 milliards de dirhams, contre 3,05 milliards de dirhams de légumes. Ces exportations sont en hausse depuis le lancement du Plan Maroc vert.

Les exportations des primeurs ont atteint un volume de 616 700 tonnes en mars 2018. Il s’agit d’une progression de 1% comparé à la même période de la campagne précédente.

Côté production, quatre principales associations y s’activent : l’APEFEL (Association marocaine de producteur et producteur exportateurs de fruits et légumes), l’ASPEM (Association des producteurs exportateurs de maraîchage et primeurs du Maroc, la PPM (Association des producteurs de pomme de terre au Maroc, l’APEO (Association marocaine de producteurs exportateurs d’oignon).

S’ajoute à ces associations, l’AMCOM (Association marocaine de conditionneurs maraîchers) qui se charge du conditionnement, de l’exportation et de la commercialisation des fruits et légumes produits.

Le volume exporté est estimé à 43 000 tonnes, en hausse de 17% par rapport à la même période de l’année 2017.  Le volume des primeurs exporté au mars 2018 au marché européen s’est consolidé de 3% pour atteindre les 522 100 tonnes. Quant aux exportations destinées au marché du golfe, ils ont grimpé de 15% au moment où celles écoulées sur le marché russe ont décliné de 10%.

Le maraîchage de primeurs ambitionne de cibler plusieurs objectifs ; à savoir la création des débouchés de la filière sur le marché national et à l’export. L’amélioration des conditions cadres de la filière, la production de 3 à 3,5 millions de tonnes de primeurs, dont 1,7 million de tonnes pour l’exportation à l’horizon 2020.

Par ailleurs, les engagements du secteur sont multiples, selon l’Agence du développement agricole.

La réalisation d’un programme d’extension des serres sur une superficie de 12 400 ha , la rationalisation de l’utilisation de l’eau d’irrigation sur une superficie de 28 000 ha.

L’objectif visé à terme est de généraliser le système d’irrigation localisée à 100% de la superficie primeurs : 

  • la valorisation de la production à travers l’adoption de systèmes de certification de qualité au niveau de la production et du conditionnement ainsi que par le biais de la mise  à niveau des stations de conditionnement existantes
  • la réalisation d’une étude de  faisabilité relative aux perspectives de commercialisation aussi bien à l’exportation que sur le marché national
  • L’amélioration de la productivité et de la qualité de la production maraîchère à travers le renforcement de l’encadrement des producteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.