Catégories
Rechercher un article

La région Casablanca-Settat produit 35% des

Le secteur des semences au Maroc a connu, début des années 1970 un développement

Le développement  des semences a permis la création d’un patrimoine végétal national efficace.

A travers la mise en place d’une réglementation adaptée, leur utilisation croissante par les agricultures et l’émergence d’opérateurs privés et d’associations professionnelles, le patrimoire végétal nationale est devenu efficace.

A titre d’exemple, la région de Casablanca-Settat contribue à elle seule, à 35% de leur production. Cette région consacre environ 16 500 hectares pour produire quelques 500 000 quintaux de semences sélectionnés, selon les participants à cette journée. Ainsi, la région de Casablanca-Settat est l’une des plus importantes en matière de production de semences sélectionnées du Maroc.

La superficie des céréales dans cette région est d’environ 900 000 hectares, soit 70% de la superficie totale des terres agricoles.

Selon les données statistiques, la filière céréalière fournit plus de 3 millions journées de travail. Elle joue un rôle éminent dans la couverture de certains besoins alimentaires du bétail.

Selon le ministère de l’Agriculture, la production des semences de pré-base est effectuée par l’INRA, alors que la production de semences de base et certifiées est réalisée dans un cadre contractuel entre les sociétés semencières et les multiplicateurs, soit 700 multiplicateurs pour 50 000 ha.

Les capacités de conditionnement s’élèvent :

Effectuée par la SONACOS et trois sociétés privées. Les capacités de conditionnement et de traitement détenus par ces opérateurs s’élèvent à près de 1,2 millions de quintaux dont 50% sont détenus par le privé.

En plus de la SONACOS, près de 80 établissements privés sont agréés à importer et commercialiser des semences au Maroc ; ils opèrent notamment dans les domaines des semences potagères, les oléagineuses et le mais.

Dans le cadre de cette filière de production, les objectifs du Plan Maroc vert à l’horizon 2020 sont multiples, à savoir :

-L’augmentation des niveaux d’utilisation des semences certifiées : 45% pour les céréales et la pomme de terre, 100% pour la betterave, la canne et le tournesol et 10% pour les légumineuses alimentaires.

-Amélioration des niveaux de contribution de la production des semences : 100% pour les céréales et la canne à sucre et 60% pour le tournesol et la pomme de terre.

La situation de la filière semencière selon l’Agence du développement agricole indique un chiffre d’affaire annuel de 600 000 MMAD, contre un chiffre d’affaires potentiel de 2,7 Md MAD. Ce secteur présenet un pilier principal pour la mise à niveau du secteur agricole à travers la diffusion des progrès de la génétique et la lutte contre certaines maladies.

Les objectifs de la filière semencière réside dans l’amélioration du taux d’utilisation des semences certifiées pour l’ensemble des espèces végétales pour atteindre notamment 45% pour les céréales, 10% pour les légumineuses, 31% pour les fourrages et 100% pour les betteraves à sucre, les cannes à sucre et la maïs. De plus, l’augmentation de la part de la production nationale en semences certifiées, principalement pour les cultures maraîchères.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.