Catégories
Rechercher un article

La production oléicole, ambitions et défis

La production oléicole au Maroc

L’agriculture marocaine est suffisamment riche en matière de filières agricoles. Partant de la filière oléicole à la production d’agrumes, et autres, toutes ces filières favorisent la croissance socio-économique du Maroc. La filière oléicole contribue à haute de 5% du PIB agricole national. Sa superficie est importante, soit 784 000 ha. Les principales régions de productions d’huile d’olive couvrent presque tout le territoire national, excepté la bande côtière atlantique.

Hausse de production

La production oléicole est caractérisée par la hausse de la production et des exportations. La  culture d’olivier au Maroc représente plus de 55% de l’espace arboricole national, avec près de 680 000 ha. Cette filière participe à hauteur de 5% dans la formation du PIBA (programme d’innovation en matière de bioproduits agricoles).

La filière oléicole génère 100 000 emplois permanents, pour près de 400 000 exploitations agricoles.

Les Mâasras contribuent à leur tour dans la croissance de cette filière, pour une capacité de 170 000 t. Le secteur moderne de transformation des olives comptent 700 unités de trituration, ayant une capacité globale d’environ 700 000 t.

Oléicole : Les ambitions du Maroc

En 2020, le Maroc ambitionne la production de 2 millions de tonnes d’olives. Le Maroc pourra ainsi faire partie de l’un des principaux fournisseurs oléicoles dans le monde.

Il faut noter par ailleurs que le Plan Maroc Vert a contribué à une forte hausse de la production oléicole. Le défi demeure dans la commercialisation et la transformation.  

Les axes de la mise au niveau du secteur oléicole mise sur l’extension de la culture d’olivier sur une surface de 1 220 000 ha, contre 680 000 ha en 2009, selon le guide d’investisseur de l’ADA( Agence du développement agricole).

Du côté de la consommation, le Maroc ambitionne que la consommation interne d’huiles d’olives puisse atteindre entre 4 et 5K par personne par.

Du côté  de l’exportation, le Maroc cible la hausse des volumes exportés pour atteindre 120 000 t en huile d’olive et 150 000 t en huile de table. La mise en œuvre de ces objectifs nécessite l’investissement de 29,5 MDH.

Parmi les engagements essentiels de l’Etat dans le secteur, on note l’instauration d’un cadre légal pour l’agrégation qui préserve l’équité entre agrégateurs et agrégés et la révision à la hausse du montant de la prime d’investissement pour la conduite en irrigation localisée, la conduite en irrigation autre que localisée et le bour, l’encouragement des exportations de l’huile d’olive en accordant une aide de 2000 MAD/t pour une période maximale de 10 ans.

Il est à rappeler que le Plan Maroc vert 2020 cible plusieurs axes majeurs , à savoir la réalisation de 510 projets intégrés pour l’amélioration de la productivité et de la qualité, le développement d’une valorisation forte, la mise en place de deux oléo pôles pour le renforcement de la recherche au niveau de Marrakech et Meknès.

Parmi les objectifs également, la promotion des exportations et le renforcement des programmes d’encadrement et de recherche appliquée.

Les défis à relever sont plusieurs, entre autres, la conformité des huiles aux normes de qualité et de pureté et la présence faible du marketing, surtout que le Maroc a plusieurs concurrent sur le marché international, tel que l’Espagne, l’Italie, la Tunisie ou encore la Grèce.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *